NewChic

vendredi 19 juin 2009

Les 5 Emotions Naturelles...par Neale Donald Walsch

Toujours dans le fabuleux livre 3 des "Conversations avec Dieu" menées par Neale Donald Walsch, j'ai retenu pour vous cette description des 5 émotions naturelles dont Neale a entendu parler à partir de son association avec le Dr Elisabeth Kübler-Ross :

Lorsque vos choix se trouvent en conflit - quand le corps, l'esprit et l'âme n'agissent pas d'une façon unifiée - le processus de création fonctionne sur tous les plans, en produisant des résultats mitigés.

Si, par contre, votre être est en harmonie et que vos choix sont unifiés, des choses étonnantes peuvent se produire.

Dans votre prise de décision, il y a des niveaux à l'intérieur de niveaux.

C'est particulièrement vrai au sujet de l'esprit.

Votre esprit peut, et il le fait, prendre des décisions et faire des choix à partir de l'un des trois niveaux intérieurs : la logique, l'intuition, l'émotion - et parfois des trois - en produisant le potentiel de conflits intérieurs supplémentaires.

Et au sein de l'un de ces plans - l'émotion - il y a 5 autres niveaux.

Ce sont les 5 émotions naturelles : la peine, la colère, l'envie, la peur et l'amour.

Et à l'intérieur de celles-ci, il y a aussi deux derniers niveaux : l'amour et la peur.

Les 5 émotions naturelles comprennent l'amour et la peur, qui sont la base de toutes les émotions.

Les 3 autres sont des excroissances de ces deux-là.

En définitive, toutes les pensées sont parrainées par l'amour et la peur.

C'est la grande polarité.

C'est la dualité primale.

Tout , en fait, revient à l'une ou l'autre des 2 émotions.

Les pensées, les idées, les concepts, les façons de comprendre, les décisions, les choix et les actions sont fondés sur l'une d'elles.

Et à la fin, il n'y en a vraiment qu'une : l'amour.

En vérité, il n'y a que l'amour.

Même la peur est une excroissance de l'amour, et quand on l'utilise efficacement, elle exprime l'amour.

Tout exprime l'amour, quand l'expression est sous sa forme la plus élevée.

Le parent qui sauve l'enfant de la mort dans la rue exprime-t-il la peur ou l'amour ?

De même, en remontant l'échelle des émotions naturelles, la peine, la colère et l'envie sont toutes des formes de la peur, qui, en retour, est une forme de l'amour.

Une chose mène à une autre.

Le problème survient lorsque l'une ou l'autre des 5 émotions naturelles devient faussée.

Alors, elles deviennent toutes grotesques et ne sont pas du tout reconnaissables en tant qu'excroissances de l'amour, encore moins en tant que Dieu, qui est l'Amour absolu.

La peine (+1) est une émotion naturelle.

C'est la part de toi qui te permet de dire adieu quand tu ne veux pas; d'exprimer - de pousser, de propulser - la tristesse en toi quand tu éprouves une forme quelconque de perte.

Ce peut être aussi bien la perte d'un être aimé, que la perte d'un verre de contact.

Lorsqu'on vous permet d'exprimer votre peine, vous vous en débarrassez.

Les enfants à qui on permet d'être tristes lorsqu'ils le sont arivent à l'âge adulte en ayant une attitude très saine envers la tristesse et, par conséquent, passent très rapidement à travers elle.

Les enfants auxquels on dit : "Voyons, voyons, ne pleure pas", ont de la difficulté à pleurer une fois devenus adultes.

Après tout, on leur a appris toute leur vie à ne pas le faire.

Pourtant, ils répriment leur peine.

La peine continuellement réprimée devient donc dépresion chronique (-1), une émotion qui n'est pas du tout naturelle.

A cause de cette dépression chronique, des gens ont même tué.

Des guerres ont éclaté, des pays se sont effondrés.

La colère (+2) est une émotion naturelle.

C'est l'outil qui vous permet de dire : "Non, merci."

Elle n'a pas à être offensante et ne doit jamais nuire à personne.

Lorsqu'on permet aux enfants d'exprimer leur colère, ils arrivent à l'âge adulte en ayant une attitude très saine à cet égard et dépassent donc habituellement très vite leur colère.

Les enfants à qui on fait sentir que la colère n'est pas correcte - qu'il est mauvais de l'exprimer, et qu'en fait, ils ne devraient même pas la ressentir - auront de la difficulté, devenus adultes, à être en contact avec leur colère d'une façon appropriée.

La colère sans cesse réprimée devient de la rage (-2), une émotion qui n'est aucunement naturelle.

A cause de la rage, des gens ont tué.

Des guerres ont éclaté, des pays se sont effondrés.

L'envie (+3) est une émotion naturelle.

C'est l'émotion qui fait qu'un enfant de cinq ans souhaite pouvoir atteindre la poignée de porte comme le fait sa soeur - ou monter sur sa bicyclette.

L'envie est l'émotion naturelle qui vous amène à vouloir refaire une chose; à fournir plus d'effort; à continuer à lutter jusqu'à ce que vous y arriviez.

Il est très sain et très naturel d'être envieux.

Lorsqu'on permet aux enfants d'exprimer leur envie, ils arrivent à l'âge adulte en ayant une attitude très saine à cet égard et dépassent très rapidement leur envie.

Les enfants auxquels on fait sentir que l'envie n'est pas correcte - qu'il est mal de l'exprimer, et qu'en réalité, ils ne devraient même pas la ressentir - auront de la difficulté, une fois devenus adultes, à être en contact avec leur envie d'une façon juste.

L'envie continuellement réprimée devient de la jalousie (-3), une émotion qui n'est pas du tout naturelle.

A cause de la jalousie, des gens ont tué.

Des guerres ont éclaté, des pays sont tombés.

La peur (+4) est une émotion naturelle.

Tous les bébés naissent avec seulement deux peurs : la peur de tomber et la peur des bruits forts.

Toutes les autres peurs sont des réactions acquises par l'enfant, dans son entourage et, développés par ses parents.

Les but de la peur naturelle est de permetre à l'individu d'intégrer un peu de prudence.

La prudence est une outil qui aide à garder le corps en vie.

C'est une excroissance de l'amour.

L'amour du Soi.

Les enfants auxquels on fait sentir que la peur n'est pas correcte - qu'il est mal de l'exprimer, et qu'en réalité, ils ne devraient même pas la ressentir - auront de la difficulté, une fois devenus adultes, à être en contact avec leur peur d'une façon appropriée.

La peur continuellement réprimée devient de la panique (-4), une émotion qui n'est pas du tout naturelle.

A cause de la panique, des gens ont tué.

Des guerres ont éclaté, des pays se sont effondrés.

L'amour (+5) est une émotion naturelle.

Lorsqu'on laisse un enfant l'exprimer et le recevoir normalement et naturellement, sans limites ni condition, sans inhibition ni gêne, il n'exige rien d'autre.

Car la joie de l'amour exprimé et reçu de cette façon se suffit à elle-même.

Mais l'amour conditionné, limité, faussé par les règles et les règlements, les rituels et les restrictions, maîtrisé, manipulé et retenu, n'est pas du tout naturel.

Les enfants auxquels on fait sentir que leur amour n'est pas correct - qu'il est mal de l'exprimer, et qu'en réalité, ils ne devraient même pas le ressentir - auront de la difficulté, une fois devenus adultes, à être en contact avec l'amour d'une façon juste.

L'amour sans cesse réprimé devient de la possessivité (-5), une émotion qui n'est aucunement naturelle.

A cause de la possessivité, des gens ont tué.

Des guerres ont éclaté, des pays sont tombés.

Ainsi, les émotions naturelles, lorsqu'elles sont réprimées, produisent des réactions et des réponses qui ne sont pas naturelles.

Pourtant ce se sont vos amies - les 5 émotions naturelles.

Ce sont vos dons.

Ce sont les outils divins avec lesquels vous façonnez votre expérience.

Pour récapituler, voici les 5 émotions naturelles et leur corollaire non naturel:

  1. la peine (+1) versus la dépression chronique (-1) ;
  2. la colère (+2) versus la rage (-2) ;
  3. l'envie (+3) versus la jalousie (-3) ;
  4. la peur (+4) versus la panique (-4) ;
  5. l'amour (+5) versus la possessivité (-5).











Reblog this post [with Zemanta]

mardi 16 juin 2009

Le Processus de Création de la Réalité ou le Paradigme "Etre-Faire-Avoir"...par Neale Donald Walsch

Dans le sublime troisième livre qui retranscrit les "Conversations avec Dieu" menées par Neale Donald Walsch, le processus de création de la réalité par l'individu est décrit de manière on ne peut plus claire comme vous allez pouvoir vous en rendre compte en lisant les extraits ci-après:
La plupart des gens croient que s'ils "ont" quelque chose (plus de temps, de l'argent, de l'amour - peu importe), ils pourront enfin "faire" quelque chose (écrire un livre, développer un passe-temps, partir en vacances, acheter une maison, entreprendre une relation), ce qui leur permettra d'"être" quelque chose (heureux, contents, ou en amour).
En réalité, ils renversent le paradigme Etre-Faire-Avoir.
Dans l'Univers tel qu'il est réellement (par opposition à l'idée que vous vous en faites), le fait d'"avoir" ne produit pas le fait d'"être" : c'est plutôt l'inverse.
D'abord, vous "êtes" la chose appelée "heureux" (ou 'informé" ou "sage" ou "compatissant", peu importe), puis vous commencez à "faire" des choses à partir de ce lieu de votre état d'être et, bientôt, vous découvrez que ce que vous faites vous apporte ce que vous avez toujours voulu "avoir".
La façon de lancer ce processus créatif (et c'est cela... le processus de création), c'est d'examiner ce que vous voulez "avoir", de vous demander ce que, selon vous, vous "seriez" si vous l'"aviez", puis directement de l'être.
Ainsi, vous inversez la façon dont vous avez utilisé le paradigme Etre-Faire-Avoir - en réalité, vous le remettez en place - et vous travaillez avec, plutôt que contre, le pouvoir créateur de l'Univers.
Voici un résumé de ce principe :
Dans la vie, vous n'avez pas à faire quoi que ce soit.
Tout ce qui compte, c'est ce que vous êtes.
L'esprit n'est peut-être pas capable d'admettre sincèrement que les gestes du corps puissent t'apporter ce que tu choisis, mais il semble savoir très clairement que Dieu apportera de bonnes choses à quelqu'un d'autre, par ton intermédiaire.
Par conséquent, tout ce que tu choisis pour toi-même, offre-le à un autre.
Si tu choisis d'être heureux, fais en sorte qu'un autre soit heureux.
Si tu choisis d'être prospère, fais en sorte qu'un autre le soit.
Si tu choisis d'avoir plus d'amour dans la vie, fais en sorte qu'un autre ait plus d'amour dans la sienne.
Fais-le sincèrement - non parce que tu recherches le gain personnel, mais parce que tu veux vraiment que l'autre personne ait cela - et toutes les choses que tu donneras te reviendront.
L'acte même de donner quelque chose t'amène à faire l'expérience de l'avoir afin de le donner.
Comme tu ne peux offrir à un autre une chose que tu n'as pas maintenant, ton esprit en arrive à une nouvelle conclusion, à une nouvelle pensée à ton propos - à savoir que tu dois avoir cela, sinon tu ne pourrais pas le donner.
Cette nouvelle pensée devient alors ton expérience.
Tu commences à "être" cela.
Et une fois que tu as commencé à "être" une chose, tu as engagé les rouages de la plus puissante machine à créer de l'Univers - ton Soi divin.
Tout ce que tu es, tu le crées.
Le cercle est complet, et tu créeras de plus en plus de cette chose dans la vie.
Elle se manifestera dans ton expérience physique.
Voilà le plus grand secret de la vie.
Si vous désirez en savoir plus sur les secrets de l'Univers que de plus en plus de gens commencent à découvrir et à appliquer dans leur vie, lisez les Conversations avec Dieu - Livre 3 -











Reblog this post [with Zemanta]

mercredi 10 juin 2009

Extrait de "Conversations avec Dieu (1)...par Neale Donald Walsch

Dans ses étonnantes "Conversations avec Dieu", on découvre avec Neale Donald Walsch que :

Toute maladie est créée par soi-même.

Même les docteurs en médecine conventionnelle voient maintenant à quel point les gens se rendent malades.

La plupart des gens le font tout à fait inconsciemment. (Ils ne savent même pas ce qu'ils font.)

Alors, quant ils tombent malades, ils ne savent pas ce qui leur tombe dessus.

Ils disent que quelque chose leur est arrivé et non que c'est une chose qu'ils se sont faite.

Cela arrive parce que la plupart des gens vivent inconsciemment toute leur vie, et pas seulement l'aspect de la santé et ses conséquences.

Les gens fument et se demandent pourquoi ils ont le cancer.

Les gens ingèrent des animaux et des matières grasses et se demandent pourquoi ils ont les artères bloquées.

Les gens demeurent en colère toute leur vie et se demandent pourquoi ils ont des crises cardiaques.

Les gens sont en concurrence avec d'autres (sans pitié et sous une pression incroyable) et se demandent pourquoi ils subissent des attaques.

La vérité, qui n'est pas si évidente, c'est que la plupart des gens se meurent d'inquiétude.

L'inquiétude est l'une des pires formes d'activité mentale, à l'exception de la haine, qui est profondément autodestructrice.

L'inquiétude est inutile : c'est de l'énergie mentale gaspillée.

Elle crée aussi des réactions biochimiques nocives pour le corps et produit une multitude de problèmes allant de l'indigestion à l'infarctus.

La santé s'améliorera presque aussitôt que cessera l'inquiétude.

La haine est l'état mental le plus nocif.

Elle empoisonne le corps, et ses effets sont à toutes fins pratiques irréversibles.

La peur est le contraire de tout ce que tu es; elle a donc un effet antagoniste sur ta santé mentale et physique.

La peur est un agrandissement de l'inquiétude.

L'inquiétude, la haine, la peur — combinées à leurs sous-produits: l'anxiété, l'amertume, l'impatience, l'avarice, le manque de gentillesse, la tendance au jugement et la condamnation — attaquent toutes le corps au niveau cellulaire.

Dans de telles conditions, il est impossible d'avoir un corps sain.

De même, bien que ce soit à un degré moindre, la dissimulation, l'auto-gratification et l'avidité mènent toutes à la maladie physique, ou au manque de bien-être.

Toute maladie est d'abord créée dans le mental.


Conversations avec Dieu - Livre 1 -
Conversations avec Dieu - Livre 2 -
Conversations avec Dieu - Livre 3 -